Tuesday, August 18, 2015

Le goût du sang, Michaël Sailliot, EDITIONS KITSUNEGARI

Michaël Sailliot est un auteur du Nord (enfin du pas de calais, on lui pardonnera volontiers hein ! ).
La première fois que je l'ai rencontré, c'était à Liévin, lors du super salon organisé par la Librairie Vortex, un salon sf, fantastique, fantasy... Las Vortex a disparu, le salon aussi... Quant à Michaël avec qui on avait bien déconné ainsi qu'Emmanuel Prost, je l'avais perdu de vue jusqu'à il y a quelques années. Il écrivait alors un roman se passant à Arras...
Depuis après pas mal de péripéties, ce roman est enfin sorti : il s'intitule le goût du sang.


Le goût du sang, c'est une histoire de démons, de vampires, de loup-garou, de mages, le tout à Arras.
Tout commence par le massacre de trois touristes anglais qui finissent en rosbifs dans les boves, les souterrains serpentant sous la cité. Chargé de l'enquête le Lieutenant Gabriel Papadhopoulos se retrouve très vite confronté à des forces surnaturelles, et il va en sortir transformé.

VOICI L'auteur, c'est celui qui n'est pas marron...




Quand on lit le Goût du sang, une évidence s'impose. Michaël Sailliot a un imaginaire foisonnant et il se fait plaisir en écrivant. On est happés par l'histoire, on est dans un film. En tout cas, j'ai trouvé son écriture très visuelle. Peut-être le fait de connaître les décors m'a-t-il aidé, mais je pense que n'importe quel lecteur s'y retrouvera.
On est dans le poisseux des souterrains, on participe à l'enquête.
Je reprocherai des dialogues parfois pas assez fouillés, mais franchement, c'est pour vous montrer que je n'écris pas une critique de complaisance.


Oui, le goût du sang m'a plu. Je ne m'y suis pas ennuyé, à l'inverse de Ca de Stephen King que j'ai trouvé redondant. Ici, on s'éclate, on suit les péripéties de l'enquêteur et d'un groupe de goules sous la férule d'un vampire, on assiste à la lutte entre ce groupe et un autre vampire. Il y a des gros mots, des belles vannes, il y a du sexe, juste ce qu'il faut. Il y a des rebondissements.
Parce que jusqu'au bout Michael Sailliot exploite son scénar et la fin, je ne l'avais pas vue venir.

Un détail aussi, le très bon travail au niveau orthographique. Quasiment pas de fautes, de scories, on voit que Franck Guilbert, qui dirigeait Nuit d'Avril a aidé Michaël à nous offrir un manuscrit abouti, nickel. C'est ça aussi le respect aux lecteurs.
C'est un roman qui a mis du temps à sortir, mais Michael si tu lis cette critique, ça valait la peine !

Roman exploitant les grandes figures de l'imaginaire, mais parvenant à les renouveler en les intégrant dans le Nord / Pas de Calais, le Goût du Sang est un roman de fantastique qui vaut assurément le détour. Ici l'auteur écrit avec plaisir et cela se ressent. En tout cas, moi j'ai été conquis au point de m'en priver de quelques heures de sommeil pour connaitre la suite.

Note à l'attention de l'auteur, maintenant on en veut d'autres !

Note aux lecteurs, ce livre est paru chez un petit éditeur. Ce qui signifie que vous ne le trouverez pas chez Amazon, qu'il faudra aller le commander sur le site ou vous le procurer en salon. Ca signifie également qu'il ne vivra que si vous en parlez autour de vous, parce que le hic c'est qu'il existe des tas de bons livres, mais à l'inverse des blockbusters, ils ne sont pas souvent mis en avant...

UN LIEN POUR POUVOIR JOINDRE KITSUNEGARI JE VEUX SAILLIOT

1 comment:

Marie-Edith DEGROOTE-ALLAERD said...

Je l'ai lu aussi, je l'ai dévoré aussi, et j'ai adoré ! Un scénario super bien léché, avec juste ce qu'il faut d'hémoglobine, d'humour, d'action, et tout se lit comme on regarde un film !
A recommander sans modération.