Friday, July 12, 2019

L'amour sur le Vif, Valery G Coquant

Vous vous souvenez de Paul et Virginie, de Roméo et Juliette, de Tristan et Yseult ?
Ils étaient portés par leur amour absolu, leur grand amour à une époque où on ne vivait que jusqu'à l'âge canonique de 40 ans.
Ils étaient éperdus..


Hélas, les temps changent, notre époque devient incertaine, pleine de sollicitations libérales et une certaine morale judéo-chrétienne a foutu le camp et avec elle l'hypocrisie de certains. Quand on pense qu'on admire les maîtresses du roi et qu'on voue aux gémonies les femmes libres.
On vit des relations plus ou moins passionnées, le mot rupture s'affiche. On cherche quelqu'un pour avancer et on rebascule

Claire et Gabriel ont un passé, un passif aussi.
Pourtant ils se rencontrent, tombent amoureux, et peu à peu l'amour s'étiole. Par des agressions extérieures, parce que le passé nous façonne (oh ils nous font rire les philosophes de facebook qui disent ne vis pas dans le passé, tu n'avanceras pas... un passé lourd vous englue, bande de tâches !)

Claire 35 ans, indépendante, un boulot qu'elle aime, un appart à elle.
Gabriel, la quarantaine passée, des expériences professionnelles, une carrière d'écrivain en dent de scie, un appart dans l'immeuble que possèdent Papa et Maman, la mamma, une mère un brin castratrice, une reine des abeilles qui régente son univers.

Un couple, c'est du compromis et peu à peu, nos deux amoureux s'affrontent pour des riens du quotidien, pour un territoire où il faut apprendre à vivre ensemble... Gabriel se rend compte qu'il doit changer, mais il y a des mais. On n'envoie pas sa mère bouler ainsi, un homme doit avoir un minimum de situation sociale... Quant à Claire, elle veut beaucoup, de la tendresse évidemment et l'amour d'un père qui lui a fait défaut, ce père qu'elle cherche à substituer dans sa relation amoureuse...

Valéry G Coquant écrit avec ses tripes, son coeur, sa colère, ses regrets, ses larmes. Plusieurs fois, je me suis dit qu'il exorcisait sa propre histoire, certaines de ses erreurs, de ses ratés, c'est l'amour vu par un homme qui s'efforce d'être honnête, qui reconnait ses faiblesses, qui a su analyser sa situation, on est loin des bourgeoises ou des bobos classiques, dépeintes par des auteures femmes comme si seules ces dames pouvaient exprimer ce qu'elles ressentent. Gabriel son personnage est la victime de son passé au même titre que Claire, ce sont des êtres malmenés par la VIE, par leur éducation. Ok ils ont une certaine réussite sociale, mais au fond il y a des manques, des regrets, une impossibilité à se poser... des fêlures de gosse
Ce qu'il y a d'appréciable dans ce roman, c'est que l'auteur ne rend pas son héros masculin supérieur à son personnage féminin, au contraire. Il porte sur elle un regard touchant, une sincérité et de l'amour malgré ce qu'elle lui impose. Quant à Gabriel, il souligne ses lâchetés, ses compromissions, ses échecs... Il est authentique.
C'est un roman qui une fois entamé ne se lâche pas. On le dévore parce qu'il est écrit avec franchise.
Et on se prend à rêver de pouvoir intervenir pour éviter certains travers...

D'ordinaire, la littérature blanche et moi, ça fait deux, mais là, ce livre chez un éditeur que je ne connaissais pas m'a emballé. Et vous, prêts à découvrir cette histoire qui pourrait être la vôtre ?

UNE INTERVIEW DE L AUTEUR CLIQUEZ
POUR L ACHETER SUR AMAZON

Monday, June 10, 2019

Inexorable Claire Favan

Milo Leman était un enfant insouciant comme les autres, vivant sa vie de gamin entre papa et maman.
Jusqu'au jour où les policiers ont débarqué à la maison pour arrêter papa un braqueur de bijouterie.
Milo est alors devenu violent, c'était en maternelle.
Puis la vie a encore joué avec lui et...


Dans ce dernier roman, Claire Favan a délaissé les tueurs en série, les USA, elle situe son intrigue en France et nous parle de l'engrenage fatal qui amène à basculer.

Disons d'emblée que j'ai apprécié ce changement dans le registre de la romancière. Se remettre en question, offrir aux lecteurs un roman sur un thème nouveau, c'est la marque des grands. Certains auteurs se contentent de réécrire le même bouquin, de nous resservir du réchauffé pour plaire à une frange de lectorat boulet conservatrice, mais Favan a osé sortir des sentiers battus et nous offrir une intrigue plus intime, plus touchante encore.

Je vais juste faire des remarques sur un point : le début de l'intrigue et la réaction des personnels éducatifs face à la dérive de Milo. On croirait que l'équipe éducative n'a jamais entendu parler des infos préoccupantes, que l'on peut rédiger avec l'aval de la famille, lesquelles consistent à demander aux services sociaux d'aider les parents en difficulté. Cela se caractérise par des rencontres au cmp ou la visite d'assistantes sociales, et ne nécessite donc pas le recours à un psychologue privé comme dans le roman, voilà fin du point qui m'a fait tiquer. Point crucial néanmoins pour la suite.


Le personnage de Milo est un personnage qui frappe par sa justesse, il subit les coups de la vie, habite avec une mère dépassée. Celle ci va tout tenter pour l'aider, mais quand le sort s'acharne, les meilleures intentions ne suffisent plus. La vie c'est trop souvent avancer sans filet. très vite Milo va évoluer, faire ses premières conneries avec sa bande... Mais avant cela il y a eu des signaux à l'école, au collège... Un acte, puis un autre qui entraîne telle conséquence et le catalogage dans le registre délinquant.

C'est très bien écrit, amené par touches subtiles, certaines scènes dispensant de dialogues inutiles.
On sent une mère confrontée à la pression conjointe de la société et de son amour inconditionnel.
On se demande comment l'intrigue peut évoluer, est ce que Milo n'est pas entré dans une phase autodestructrice ?
Quant à sa mère, elle reste une figure forte dans la tempête.

Parce que jamais, même dans les pires tourments, elle ne tourne vraiment le dos à son fils...


inexorable, c'est une histoire de gens ordinaires qui se retrouvent confrontés du jour au lendemain à l'implacabilité de notre société, de nos jugements.

un regard sur une société individualiste et prompte à condamner...


Un très bon livre de Claire Favan. convaincant, sincère, écrit avec les tripes, une histoire plausible et du coin e la rue. une réussite quoi !

tu veux le commander ô lecteur de cette chronique ??
clique donc et aide un libraire indépendant, un livre lu c'est du qi qui revient et la preservation de l'humanité