Friday, April 13, 2018

LE CONCILE DE PIERRE JEAN CHRISTOPHE GRANGE

Diane a adopté un enfant dans un orphelinat d'Asie du Sud Est, elle l'a appelé Lucien.
Quelques semaines plus tard, un accident étrange fait naître en elle la certitude qu'on a tenté de les assassiner, elle et le petit. Et puis il y a ces résultats d'analyses troublants, sans oublier cet homme qui surgit pour sauver le petit garçon...

Je n'avais pas lu de livre de Jean Christophe Grangé jusqu'ici et j'ai donc décidé de réparer cette omission.


D'emblée, le roman est entraînant, on a envie de savoir qui est ce garçon, quelle machination tourne autour de Diane.
Et puis il y a chez cet auteur des fulgurances, des comparaisons qui font mouche, pas des décors plantés aussi efficacement que chez Patrick Graham, mais des sensations que l'on perçoit, auditives, olfactives, sonores, des sensations qui vous embarquent dans le récit.



De nombreux rebondissements, des morts surprenantes, des apparitions étranges, un peu de mystère venu de très loin contribuent à plonger le lecteur dans cet opus.

Si peu à peu on va s'orienter vers le thriller fantastique, on trouve chez Grangé un romancier qui fait revivre les feuilletons d'autrefois avec des cascades de péripéties, d'épreuves, dont l'héroïne pas toujours très sympathique à mon sens ressort changée.

Bref un moment de lecture très agréable qui donne envie de découvrir d'autres romans de cet auteur.

Monday, March 26, 2018

Bijouterie Impériale, Valéry Coquant, Editions Saint Martin

1930, Nice, la côte d'Azur, la fin des années folles


Slava Grychenko est le petit fils d'un célèbre joaillier... Malheureusement, la famille a connu un revers de fortune, perdant l'affaire familiale, survivant dans une villa devenue pension de famille.

Un jour, Slava est accusé d'avoir cambriolé la bijouterie.
Victime d'une machination, il ne tardera pas à comprendre que l'âpreté de certains doit être combattue avec des armes efficaces.


Valéry Coquant me parlait de son roman depuis pas mal de temps et je m'y suis plongé car c'est une époque que j'aime particulièrement.
Le style est efficace, les personnages sont crédibles, l'action est menée tambour battant, mais pas à la manière d'un film d'action tonitruant.Il y a certes des morts, des rebondissements, et justement par moments, j'ai regretté que Valéry n'aille pas plus loin dans la description, dans les odeurs, les visions, les bruits. J'aurais voulu un peu de Borsalino, avec des images qui me frappent davantage encore. De l'immersion totale quoi ! Or là, il joue un peu trop feutré.
Et pourtant, oui pourtant ce roman qui inaugure un cycle est plus que prometteur.
Les personnages se mettent en place, les menaces apparaissent, les puissants sont souvent de purs salauds qui réussissent parce que justement ce sont de purs salauds. Et le sentiment d'injustice prévaut quelquefois, preuve de l'empathie que l'on ressent.
Oui, il y a de la verve chez Coquant, des scènes bien senties, des choses inattendues.

Et il y a ce contexte, on apprend des choses, car l'auteur n'est pas le genre d'homme à vous balancer une page wikipedia. Non il y a de la recherche, de l'information et on voudrait qu'il en partage davantage en l'insérant naturellement dans le feu de l'action. Je ne connaissais pas la banque Oustric avant par exemple.

En résumé, Bijouterie Impériale est un roman prometteur, le tour de chauffe avant un cycle qui s'annoncera grandiose si l'auteur se lâche davantage encore. Pas de complaisance dans les descriptions, juste nous faire ressentir, nous immerger encore plus.

Attention à quelques coquilles mais rien de rédhibitoire, au contraire.